La Twist
 Bagues
 Boucles d'oreilles
 Pendentifs
 Colliers
 Sur-mesure


les basics

»»Le diamant Taj Mahal, Christie's au tribunal
Exporter en pdf  Exporter en pdf
Le diamant Taj Mahal, Christie's au tribunal

La plainte déposée le 25 février 2015 auprès du United States District Court, Central District of California par le Southern Trust défendant les intérêts de feu Elizabeth Taylor, met à mal la crédibilité et la respectabilité de la Maison de Vente aux Enchères Christie's.

 

 

Le Southern Trust défendant les intérêts de feu Elizabeth Taylor poursuit Christie's fevrier 2015  Busby Jewelry

 

 

Dans sa plainte de 25 pages, le Southern Trust accuse Christie's d’avoir manqué à ses obligations contractuelles et de ne pas avoir respecté ses propres conditions générales de vente en commettant les méfaits suivants :

 

- l'annulation de la vente de deux articles dont une pièce maîtresse de joaillerie vendue à 8.8 millions de dollars et de ne pas avoir retourné cette dernière au Trust

- le non paiement d’un certain nombre d'articles pourtant vendus (dont une somme de 2.9 millions de dollars pour une bague Bulgari)


 

Flash Back

 

Fin décembre 2011, quelques mois après le décès de l’actrice datant du 23 mars 2011, Christie’s procède à la vente des biens de feu Elizabeth Taylor parmi lesquels des œuvres d’art, des vêtements, des accessoires et des bijoux.

 

Un succès phénoménal

 

Christie's et les ventes des bijoux d'Elizabeth Taylor 13 decembre 2011  Busby Jewelry

 

 Source: Spencer Platt/Getty Images North America

 

Une véritable réussite au montant impressionnant : plus de 183.5 millions de dollars dont près de 116 millions rien que pour les collections de bijoux, sont dégagées à l’occasion des ventes.

 

Les pièces de joaillerie atteignent des sommes stratosphériques. Ainsi on peut citer :

 

La Peregrina

 

Christie's vend les bijoux d'Elizabeth Taylor ici La Peregrina  Busby Jewelry

 

 

@ Christie's Lot 12 vente 2623

 

 

 

 

 

Une perle de 202.24 grains ou 50.56 carats, mesurant environ 17.35 - 17.90 x 25.50 mm, s’est envolée à 11.8 millions de dollars, alors qu’elle était estimée entre 2 et 3 millions de dollars.

 

 

La perle en forme de poire (montée par la suite dans une parure Cartier) fut découverte au XVIe siècle par un esclave dans le golfe de Panama.

Elle fut offerte par Richard Burton qui l’avait achetée aux enchères en 1969 pour … 37'000 dollars.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Elizabeth Taylor Diamond

 

Christie's vend les bijoux d'Elizabeth Taylor ici le Elizabeth Taylor Diamond  Busby Jewelry

 

 

 


Un diamant de taille rectangulaire de 33.19 cts, couleur D et potentiellement Flawless

 

 

Il a été adjugé pour 8'818'500 USD soit 265’697 USD par carat.

 

 

 

 

 

 

@ Christie's Lot 80 vente 2623

 

Une broche-pendentif émeraude et diamants signée BULGARI

 

Christie's vend les bijoux d'Elizabeth Taylor ici une broche pendentif Bulgari  Busby Jewelry

 

 

 

 

L’émeraude pèse 23.46 cts.

 

 

Estimée entre 500 et 700'00 USD, elle a été adjugée pour  6'578'500 USD !

 

 

 

 

 

 

 

@ Christie's Lot 29 vente 2623

 

 

Le fameux collier surnommé le Taj Mahal serti d’un diamant en forme de cœur.

 

Christie's vend les bijoux d'Elizabeth Taylor ici le diamant Taj Mahal  Busby Jewelry

 

Christie’s présente le diamant comme étant d’origine indienne.

 

Ce diamant est particulier car il est gravé d’inscriptions perses traduites ainsi «  Nur Jahan Baygum-e Padshah; 23; et 1037. »

 

Dans la fiche descriptive du bijou (Post-Lot Text), Christie's explique la signification des gravures et reconstitue l'origine du diamant, qui selon elle, est moghole. (Notez que Christie's emploie le présent plutôt que le conditionnel)

 

 

Christie's vend les bijoux d'Elizabeth Taylor ici le diamant Taj Mahal  Busby Jewelry

@ Christie's Lot 56 vente 2623

 

"Post-Lot Text

 

The literal translation of the Persian inscription on the stone has three entries: Nur Jahan Baygum-e Padshah; 23; and 1037. This means that Nur Jahan was a lady of the Padshah, while the number 23 refers to the regnal year of Shah Jahangir, which was indeed 1037, equivalent to 1627-28 A.D. Research indicates that Shah Jahangir had the stone engraved with his wife's name, Nur Jahan, although it is not known whether in fact Nur Jahan ever owned or wore the jewelry. It is believed that at some point Shah Jahangir gave the jewel to his son, Mughal Emperor Shah Jahan "King of the World" (1592-1666). Shah Jahan presented the diamond to Mumtaz-I-Mahal, his favorite and most beloved wife. In 1627, at the age of thirty-five, Prince Khurram, as he was then known, ascended the throne and although he had several wives, Mumtaz-I-Mahal was said to have been his most trusted advisor and friend. After bearing him fourteen children, she died in childbirth in 1631, at which point the emperor, overcome by grief, locked himself in his room, refusing food for eight days. In memory of his wife, the emperor commissioned a grand mausoleum in her honor that took 20,000 laborers twenty years to complete and utilized only the finest materials available. Initially referred to as the rauza, ortomb, it was later named the Taj Mahaland stands as one of the greatest testaments of architectural elegance in the world today."

 

Busby vous propose la traduction simplifiée du Post-Lot Text :

 

Nur Jahan est le nom d'une des femmes de Shah Jahangir, le nombre 23 se référe à l'année du règne de ce dernier (en réalité 1307, soit 1627-28 AD). Les recherches indiquent que Shah Jahangir a fait graver le diamant avec le nom de sa femme bien que l'on sache pas si Nur Jahan ait possédé ou porté le bijou.

On pene qu'à un moment donné Shah Jahangir l'a donné à son fils Sha Jahan (1592-1666), celui qui deviendra l'Empereur Moghol. Sha Jan a offert le diamant à Mumtaz-I-Maha, sa femme adorée. Quand celle-ci décéda en couche en 1631, l'Empereur s'enferma dans sa chambre et refusa de s'alimenter pendant 8 jours. En mémoire de sa femme, l'Empereur fit construire un mausolée qui monopolisa 20'000 travailleurs et 20 ans de travail. Ce mausolée est désormais appelé le Taj Mahal.

 

Voulant lui témoigner son amour comme le fit l'Empereur Shah Jahan, mais à défaut de pouvoir lui offrir le Taj Mahal trop lourd à transporter, Richard Burton a offert ce collier à Elizabeth Taylor pour ses 40 ans en 1972.

 

Richard Burton et Elizabeth Taylor portant le diamant Taj Mahal  Busby Jewelry

 

Elizabeth Taylor portant le diamant Taj Mahal et entouré de Richard Burton et de Grace Kelly.

 

Estimé entre 300 et 500'000 USD, le collier a été adjugé pour 8'818'500 USD, soit plus de 29 fois l'estimation basse.

 

 

Une ombre au tableau

 

Une ombre au tableau de ce succès se dessine quand quelques mois après les ventes, un client de Christie’s vient au bureau des réclamations.

 

Ce client VIP (selon les dires du Southern Trust) est l’acheteur du collier Taj Mahal.

Pour lui le diamant Taj Mahal n’est pas moghol. Le client demande l’annulation de son achat et le remboursement des sommes versées.

 

Christie’s s’exécute : elle  accède à la requête de son client en annulant la vente et procède à son remboursement.

 

Christie’s avait-elle le droit de procéder ainsi ? Pour le Southern Trust c’est NON.

 

En effet, rappelons brièvement que l’acheteur a souhaité annuler la vente car selon lui, le diamant n’était pas d’origine moghole  – contrairement à ce qui était écrit par Christie’s dans le "Post-Lot Text" de la fiche descriptive du diamant.

 

Or, dans ses conditions générales de ventes, Christie’s précise que le descriptif qu’elle fait de l’objet n’est que l’expression d’une simple opinion et ne saurait par conséquent engager sa responsabilité à l’égard de l’acheteur et procéder alors à l’annulation de la vente.

 

Ci-dessous, extrait de la plainte -en page 8 et 9- où le Southern Trust analyse le contenu des conditions générales de vente de Christie's. Pour la plainte dans son intégralité, cliquez sur l'image.

 

la plainte du Southern Trust defendant les interets de feu Elizabeth Taylor contre Christie's  Busby Jewelry

 

Source et lien latimes.com

 

De plus, toujours dans ses conditions générales de vente, Christie’s limite sa garantie à ce qui est inscrit en LETTRES CAPITALES, c’est-à-dire ce qui décrit brièvement l’objet. En l’espèce « un diamant d’origine indienne ».

 

Par conséquent, si Christie’s avait fait une stricte application de ses conditions générales de ventes, elle n’aurait pas dû annuler la vente et procéder au remboursement du diamant.

 

(Pour être complet, le produit de la vente du diamant avait été versé au Trust, soit USD 7.8 millions. Christie's, toujours en possession du diamant, réclame au Trust le remboursement des USD 7.8 millions).

 

 

Mais s'il  n’y avait que le diamant Taj Mahal ...

 

Car l’affaire ne se limite pas au seul collier Taj Mahal.

 

Toujours selon le Southern Trust,

 

(Pour la plainte dans son intégralité, cliquez sur l'image)

 

la plainte du Southern Trust defendant les interets de feu Elizabeth Taylor contre Christie's  Busby Jewelry

 

Source et lien latimes.com

 

Christie’s a aussi :

  • annulé la vente d’un tableau signé Béla Kádár sans donner d’explication

Christie's vend les oeuvres d'art d'Elizabeth Taylor ici un Bela Kadar  Busby Jewelry

@ Christie's Lot 325 vente 850

 

  • n’a pas versé au Trust le produit des ventes des articles suivants :

- une bague Bulgari (estimée entre 600 et 800'000 USD, adjugée 3'330’500 USD mais dont le montant revenant au Trust est de 2.9 millions de dollars)

Christie's vend les bijoux d'Elizabeth Taylor ici une bague Bulgari  Busby Jewelry

 

@ Christie's Lot 26 vente 2623

 

- un ensemble collier et boucles d’oreilles clip CINER

- une paire de boucles d’oreilles chandelier en argent plaqué

- une robe du soir

- un caftan Vicky

Christie's vend les vêtements d'Elizabeth Taylor ici un caftan  Busby Jewelry

 

 

@ Christie's Lot 434 vente 2628

 

- un sac Valentino

- des livres et coffrets suivants

le produit des ventes des livres d'Elizabeth Taylor est destiné à la Elizabeth Taylor AIDS foundation  Busby Jewelry

 

27 livres "My Love Affair with Jewelry" écrits par Elizabeth Taylor à 2'500 USD la pièce signés de la main de l’actrice et 2'000 coffrets à 600 USD la pièce contenant un livre My Love Affair with Jewelry et le catalogue de vente de Christie’s.  Le produit de la vente de ces livres devait aller à la Elizabeth Taylor AIDS Foundation.

 

 

L’affaire soulève un certain nombre de points

 

  • le manque de sérieux et de professionnalisme de l’acheteur

Avant tout achat, Christie’s donne la possibilité au potentiel acheteur d’examiner attentivement les objets mis en vente. L’acheteur peut ainsi venir avec ses experts et son matériel pour se faire un avis.

 

En misant 29 fois l’estimation basse, on pouvait raisonnablement supposer que l’acheteur était certain de son futur achat et avait fait toutes les analyses et recherches nécessaires. Mais il faut croire que non ! Se serait-il contenté de suivre le chant des sirènes de Christie's sans procéder de son côté à d'examens méticuleux ? Mystère.

 

  • le comportement de Christie’s

Au mépris de ses propres conditions générales de vente pour préserver ses intérêts en favorisant son client VIP -comme le souligne le Southern Trust-, Christie’s annule une vente d’un montant considérable et procède à son remboursement ; Christie’s viole aussi ses obligations contractuelles en ne versant pas au Trust le produit de la vente d’articles dont une partie allait directement à une juste cause. Quelle mauvaise publicité !

 

  • la valeur des expertises de Christie’s 

Christie’s s’arme d’une brigade d’experts et de spécialistes pour analyser les objets mis en vente.

 

En revenant sur l’opinion de Christie’s et en affirmant que le diamant Taj Mahal n’est pas d’origine moghole, l’acheteur sème le doute :

Comment désormais faire confiance au travail et aux expertises de Christie’s ?

Quel crédit attribuer désormais à la valeur de leurs expertises pour des articles dont l’origine n’est pas à 100% certaine ?  

 

  • Et le collier Taj Mahal ?

On le sait bien, question de marketing, pour vendre il faut faire rêver en racontant de jolies histoires dignes des plus beaux contes de fées. Il faut l’avouer, Christie’s excelle en la matière.

 

Sauf qu’ici l’origine moghole du diamant est désavouée et la magie du conte de fée a disparu. Le diamant Taj Mahal a forcément perdu de sa superbe et pour le moment de sa valeur marchande. Mais il est désormais un mystère : d’où vient-il ? Les inscriptions auraient-elles été mal traduites ? De quand datent-elles exactement ?  

 

Qui sait, cette affaire donnera-t-elle peut-être l’occasion à d’autres experts de se pencher une nouvelle fois dessus et de percer les secrets de ce diamant qui feront l’objet d’autres belles histoires écrites sur papier glacé ?

idées du jour

 

Membre de la

Société Suisse de Gemmologie

 

Membre du

 

gia association alumni

 

Tous nos diamants sont certifiés

 

GIA diamant

hrd diamant

 

 
 

BusBy Jewelry livre ses bijoux  en Suisse et au Liechtenstein.

BusBy Jewelry  est une marque déposée et propriété de la société Fantomette Distribution Sarl, immatriculée au Rcs de Genève, Suisse.