La Twist
 Bagues
 Boucles d'oreilles
 Pendentifs
 Colliers
 Sur-mesure


les basics

» » Le Koh I Noor et le colonialisme britannique
Exporter en pdf  Exporter en pdf
Le Koh I Noor et le colonialisme britannique

 

Flash Back …

 

Nous sommes en 1849, au Nord Ouest de l'Inde, dans une région considérée comme le grenier à blé de l'Inde: les Britanniques prononcent l'annexation du royaume de Pendjab, fondé en 1799 par Ranjit Singh, encore appelé le Lion du Pendjab.

 

Pendjab map 1857 zoomer

 

 

Le Maharajah au pouvoir se nomme Duleep Singh, le dernier des fils de Ranjit Singh. Il n'a que 10 ans quand les Britanniques (par le biais de la Compagnie Britannique des Indes Orientales) l'obligent à signer le traité de Lahore le 29 mars 1849. Il renonce ainsi à sa souveraineté, à son royaume et tous ses biens lui sont confisqués.

 

Ranjit Singh

Ranjit Singh, le Lion du Pendjab

 

 

Un an plus tard, en Angleterre le 3 juillet 1850, un jeune garçon de 11 ans présente à la Reine Victoria un diamant de 186 cts. Ce garçon n'est autre que Duleep Singh.

 

 

Duleep Singh

Duleep Singh

 

Le diamant, c'est le Koh I Noor, « Montagne de Lumière » en Persan, qui fait partie du trésor sikh. Le traité de Lahore est très clair à ce sujet : « Le joyau appelé Koh I noor, qui a été remis par le Sha Shuja à Ranjit Singh doit être remis par le Maharajah de Lahore à la Reine d'Angleterre. »

 

 

Koh I Nour diamond

Le Koh I Nour

Lord Dalhousie

 

 

 

Lord Dalhousie en charge de l'application du traité veut montrer la suprématie britannique.

 

Il exige que pour des questions d'honneur, le prince vaincu doit remettre à son vainqueur, la Reine Victoria, le Koh I Nur ...

 

Questions d'honneur ou questions d'humiliation pour le peuple Sikh et plus généralement pour l'Inde colonisée ?

 

 

 

D'ailleurs, le Koh I Noor, symbole de grandeur de l'Empire Britannique est présenté lors de l'Exposition Universelle de 1851.

 

Koh I Noor great exhibition 1851

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Manquant d'éclat, il est retaillé et passe de 186 cts à 105,60 cts et orne désormais la Couronne Britannique.

Koh I noor reineKoh I Noor Couronne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais "bien mal acquis ne profite jamais".

A ce jour, l'Inde, le Pakistan, l'Afghanistan et les Sikhs revendiquent la propriété de cette pierre.

 

 

L'Inde tout d'abord.

Elle estime que le diamant doit lui revenir. D'une part, le Koh I Nur a été extrait de ses mines de Golconde. D'autre part, il est resté en Inde au moins pendant 500 ans jusqu'à ce que Nader Shah de Perse s'en empare en 1739, lors de sa conquête de l'Empire Moghol.

 

L'Inde est en mesure d'apporter des preuves, en faisant référence notamment aux mémoires de Babur (le Baburnama), premier souverain Moghol. Celui-ci fait état d'une grosse pierre acquise par le Sultan Aladin lors de sa conquête de Malwa et dont la valeur est inestimable. 

Jusqu'à ce qu'il tombe dans les mains de Nader Shah, ce diamant est encore appelé Diamant de Babur.

 

 

Babur BaburnamaBabur Baburnama enluminure

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

      Babur Premier Empereur Moghol                                             Enluminure du Baburnama

 

Comment Nader Shah a-t-il obtenu le diamant ?

 

L'arrière-arrière-petit-fils de Babur, souverain alors en place, l'avait caché dans son turban pour éviter d'avoir à le remettre au Perse qui lui avait déjà volé tous ses trésors. Nader Shah apprit la cachette et rusa: sous le couvert d'une cérémonie traditionnelle de paix matérialisée par un échange des turbans entre les deux guerriers, il le subtilisa alors au Moghol. Quand le Perse vit le diamant, il s'écria "Koh I Noor" .... Montagne de Lumière.

 

 

Nader Shah

Nader Shah

 

Le Pakistan:

En effet le diamant se trouve à Lahore quand les Anglais le volent tout simplement à Duleep Singh encore mineur à l'époque des faits. Or depuis 1947, le Pendjab a été séparé entre le Pakistan et l'Inde et Lahore se situe au Pakistan.

 

L'Afghanistan (et plus particulièrement les Talibans ...)

L'Emir Sha Shuja était l'ex-roi d'Afghanistan. Il tenait le Koh I Nour de son père Ahmad Shah (le fondateur de l'Afghanistan et général du temps de Nader Shah de Perse). Ahmad Shah le tenait lui-même de Shah Rukh, le petit-fils de Nader Shah de Perse, qui lui avait remis la pierre pour le remercier de sa protection lors de l'effondrement de l'empire.

En échange de sa liberté par les forces de Ranjit Singh, car Sha Shuja avait été capturé et mis en prison par son demi-frère qui l'avait détroné (ha les histoires de famille ... ), Sha Shuja du remettre le diamant à Ranjit Singh en 1813.

 

 

Ahmad ShaShah Shuja

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Amhad Shah

 

                                                                                                        Shah Shuja    

 

Pour les Afghans, Sanjit Singh est qu'un traitre et un voleur, qui ne voulait que le Koh I Noor et qui a alors trouvé un bon prétexte pour le prendre à Shah Shuja.

Ce que démentent bien entendu les Sikhs …

 

Le peuple Sikh enfin:

Le dernier propriétaire du diamant mais qui a tout perdu sous la domination britannique.

En regardant attentivement les deux cartes du début, vous constaterez que sur celle de 1837, les Sikhs sont mentionnés (au dessus de "Punjad") mais que 20 ans plus tard en 1857, ils ont tout simplement été rayés de la carte.

 

Réponse des Anglais à ces revendications : bien entendu négative ….

Pour David Cameron, accéder à une telle requête ce serait vider le British Museum.

Saluons ici le bon sens britannique.

idées du jour

 

Membre de la

Société Suisse de Gemmologie

 

Membre du

 

gia association alumni

 

Tous nos diamants sont certifiés

 

GIA diamant

hrd diamant

L’administrateur du site est actuellement en ligne! Discuter - posez vos questions à l’administrateur du site
 

 
 

BusBy Jewelry livre ses bijoux  en Suisse et au Liechtenstein.

BusBy Jewelry  est une marque déposée et propriété de la société Fantomette Distribution Sarl, immatriculée au Rcs de Genève, Suisse.